fermer la fenêtre

Pavillon de thé

Fu-an
Kengo Kuma
28 juin - 3 octobre 2010

De l’insularité artificielle de Vassivière à l’insularité japonaise, les architectures inspirées par cette caractéristique géographique, témoignent de préoccupations et de conceptions spécifiques avec une attention particulière à l’espace, à l’environnement et à la lumière.

Sur l’île de Vassivière, le bâtiment post-moderne du Centre international d’art et du paysage de l’architecte italien Aldo Rossi – construit dans un site naturel protégé et dédié à la création contemporaine – accueille l’architecture temporaire d’un pavillon de thé du japonais Kengo Kuma.

Au sein de cette architecture imposante, Kengo Kuma réinterprète l’extrémité du bâtiment de Aldo Rossi en le transformant en un « Pavillon de thé » éphémère, une structure lumineuse et légère invitant à la contemplation et au recueillement de soi pour vivre une expérience esthétique et intellectuelle telle qu’on la retrouve dans les maisons de thé traditionnelles au Japon.

Pour créer le « Pavillon de thé », appelé aussi Fu-an - littéralement « espace de cérémonie de thé flottant dans l’air » - Kengo Kuma transcende les oppositions avec l’association de la fonctionnalité moderne du plastique à la noblesse traditionnelle de l’organza, un assemblage qui permet aux visiteurs de vivre une expérience troublante et ambiguë de l’espace.

Pour le grand architecte japonais, il s’agit de développer une structure dans laquelle l’utilisation de la matière et de la lumière permettent de créer au sein de l’espace un sentiment d’herméticité et d’intimité en contraste avec la transparence et la légèreté de l’organza en souvenir des robes des anges célestes des légendes japonaises.

La lumière extérieure filtrée enveloppe le visiteur comme une seconde peau et transforme cet espace en une expérience unique de contemplation et de dégustation de thés au sein du paysage empli de grâce de l’île de Vassivière.


Crédits photographiques : Kengo Kuma,  Alexandra Bordes

Dossier de presse