Prairie_fleurie.JPG

Prairie fleurie
Gilles Clément
2014

1500 m2

Plantes annuelles (Bourrache officinale, Phacélie, Chénopode blanc, Bleuet des champs, Nielle des blés, Lin bleu usuel, Chrysanthème des blés, Coquelicot), bisannuelles (Mélilot officinal, Digitale pourpre, Cardère sauvage, Vipérine commune, Julienne des dames, Onagre de Lamarck, Onopordon acanthe, Bouillon blanc, Chicorée sauvage, Réséda luteola, Matricaire inodore) et vivaces (Achillée ptarmique, Achillée millefeuille, Campanule agglomérée, Campanule à feuilles rondes, Campanule raiponce, Fenouil, Géranium des prés, Scabieuse des champs, Mauve musquée, Saponaire officinale, Scabieuse colombaire, Compagnon blanc, Véronique en épi, Ancolie commune, Oeillet des chartreux, Marguerite des prés, Lotier corniculé, Lin jaune, Lin vivace, Millepertuis, Plantain lancéolé, Verge d'or)…

Né à Argenton-sur-Creuse en 1943, Gilles Clément vit et travaille à Crozant dans la Creuse et à Paris. Ingénieur horticole, paysagiste, écrivain, jardinier, il enseigne à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Versailles. En dehors de son activité de créateur de parcs, jardins, espaces publics et privés, il poursuit des travaux théoriques et pratiques à partir de trois axes de recherche : le Jardin en mouvement, concept issu d’une pratique sur son propre jardin dans la Creuse, appliqué à l’espace public en France et à l’étranger dés 1983, le Jardin planétaire, projet politique d’écologie humaniste et le Tiers-Paysage, concept élaboré au cours d'une étude de paysage pour le Centre d'art une année avant la charte "Boire l'eau du lac".

La prairie fleurie n’est qu’un élément de ce qui devait devenir "l’île-jardin", aux côtés des nombreux jardins que Gilles Clément avait imaginés pour l’ensemble des rives du Lac de Vassivière dans sa charte paysagère "Boire l’eau du Lac", rédigée avec la collaboration de COLOCO et commandée en 2002 par le Centre d’art et du paysage sous la direction de Guy Tortosa et le Syndicat mixte Le Lac de Vassivière (anciennement SYMIVA).

En 2007 une première application de la charte avait consisté en l’implantation d’une grande prairie fleurie au sud de l’île, permettant la mise en valeur d’une partie de l’île peu aménagée et pourtant très visible de la plage et du point de vue d’Auphelle.
Au printemps 2014, le Centre d’art a fait renaître une bande de prairie fleurie sur le sentier des rives de l’île avec la participation de 12 élèves en Aquaculture et 15 élèves de 1ère et terminale "Sciences et technologie de l’agronomie et du vivant" du Lycée agricole d’Ahun (23), encadrés par leurs enseignants Elisabeth Pradeau (Aménagement) et Grégory Chaussade (Education socio-culturelle).
Ce projet a été coordonné par Jean-Pierre Bény, agriculteur de Champsanglard (Creuse), en collaboration avec Gilles Clément et selon les méthodes de l’agriculture naturelle : plantation de semences vivaces et bisannuelles achetées chez divers producteurs indépendants du Limousin. La prairie étant une oeuvre vivante et en perpétuelle transformation, le Centre d’art invite les étudiants à venir sur le site faire l’inventaire des espèces selon le rythme des saisons.

En 2014, la renaissance de la Prairie fleurie a reçu le soutien de la Fondation EDF.

La Charte paysagère "Boire l’eau du lac", publiée en 2011 (éd. Silvana Editoriale) est en vente à la librairie du Centre d’art.


Crédits photographqiues : Noémie Maestre 

Print